post

                    Vole au-dessus de nos têtes cette idée que la jeunesse n’a plus de modèle, qu’elle ne croit plus en rien. C’est si triste ! N’y a-t-il vraiment plus rien à penser ? Plus rien à rêver ? Pas vraiment : on entend depuis quelques années maintenant cette idée d’un revenu universel. Je suis personnellement très favorable à cette idée et je vais donc vous montrer aujourd’hui les raisons à cela. Je rappelle que le revenu universel n’a pas de parti politique (nous allons voir pourquoi).  Si, le revenu universel.

Il est vrai que les idéaux ont changé. Désolé aux courageux irréductibles mais je pense que l’on peut dire que le communisme était une jolie utopie. Il aurait été splendide si l’Homme n’était pas Homme. Mais on sort quelque chose de cette période : la volonté de mettre l’humain au cœur du système. Nous sommes effectivement dans un monde où l’argent régit tout. Est-ce grave ? Je ne pense pas. L’Homme par sa nature créé des inégalités, aime les jeux de pouvoirs*. L’argent n’est que l’objet physique permettant de concrétiser cela sans passer par la violence comme pourrait le faire l’animal (ou le beauf).

*Remarque Je m’amuse beaucoup de certains intellectuels prônant que l’Homme n’est pas un être inégalitaire de nature. Rejetant ainsi totalement le fait que nous sommes d’abord des animaux (quel égo…) sans se rendre compte bien souvent que dans leur cas ils font glisser une inégalité économique sur une inégalité culturelle… ce qui sur le long terme créer une inégalité économique (cf Pierre Bourdieu et le « capital culturel »). 

Article annexe : Qui de Hobbes (« l’Homme est un loup pour l’Homme ») ou Rousseau (« l’Homme né bon, c’est la société qui le corrompt ») avait raison ? La Science a tranché. (le revenu universel)

Le capitalisme est-il une vie d’esclave ? 

                     Dernièrement je regardais une vidéo sur une chaîne très intéressante –mais dont je partage rarement les idées– celle de Dany Caligula*. Il reprenait à la base l’idée de capitalisme mais présentait la chose comme imparfaite à 100%, sans faire aucune nuance. C’est à mon sens regrettable car l’économie -comme les sciences sociales- ne sont pas des sciences exactes. Dire que le capitalisme est imparfait c’est un fait, mais vouloir le jeter pour cela c’est comme dire que votre maison doit être détruite parce que le lavabo fuit et l’escalier grince ! (le revenu universel)

Page revenu universel - Confession d'un enfant d'Y - Génération Y - Incendie maison

L’important c’est de régler le problème après tout

*Remarque Je regarde au maximum des journaux, émissions et autres dont je ne partage pas les idées. Un biais cognitif bien connu de notre cerveau est de ne pas aimer revenir sur nos valeurs, nos avis, et c’est un vrai problème quand on cherche une certaine vérité ! Comment voulez-vous avancer si la matière dont se nourrit votre réflexion ne possède qu’un prisme sur les milliers qui existent ?

« La base virale VPS a été mise à jour »

Pardon, je sais que cette simple phrase a créé des infarctus…

              Et si on faisait juste les mises à jour avant de tout jeter ? Il y a actuellement pleins de nouvelles idées innovantes pour améliorer notre monde ! L’histoire nous a montré que le principe de capital avait de nombreux avantages et que tenter de gommer toute inégalité de revenus menait au désastre. Pour autant la génération Y (et Z) semble(nt) bien partie(s) pour tenter de ne pas laisser des gens sur le bord de la route ! Je suis moi-même de cette génération. Si je devais résumer mon avis ce serait : le fait que des inégalités existent est un fait, pour autant je ferai mon possible pour que le moins aisé de ma société vive décemment afin d’être dans les meilleures conditions pour changer cette situation.

Remarque : certains me reprocheront alors la différence souvent faîte entre « équité » et « égalité ». J’y reviens un peu plus loin -avec les exemples de Maslow- mais dans ce cas les deux se rejoignent. Il faut garder à l’esprit que « donner plus pour avoir l’équité » n’est pas que monétaire.

C’est donc peut-être ça les nouveaux idéaux ? C’est ce que l’on voit avec le milieu de l’entrepreneuriat ou encore la tendance de la RSE (ou CSR : corporate social responsability => cf article ici). Les nouvelles idées ne sont pas des changements de la colonne vertébrale, ce sont des opérations chirurgicales afin de régler uns à uns les dysfonctionnements.

Une mise à jour intéressante : le revenu universel !

                       Plusieurs autres noms existent comme « revenu de base » ou « revenu inconditionnel ». C’est un concept que j’apprécie et je vais tenter de vous l’expliquer tel que JE le conçois. On y retrouve plusieurs sensibilités auprès des adeptes, de gauche comme de droite ! Des changements individuels sont nécessaires avant cela de le voir sérieusement envisagé, mais puisqu’il faut bien commencer quelque part, développons !

Remarque : l’idée n’est en réalité pas si nouvelle car elle était déjà discutée en Angleterre par Thomas More dans son livre Utopia en 1516 !

 Page revenu universel - Pyramide de Abraham Maslow - Génération Y - Confession d'un enfant d'Y

On en dira ce que l’on veut, moi je préfère ma version…

Pré-requis : connaissez-vous la pyramide de Maslow (ci-dessus) ? Elle définit les besoins de l’Homme dans l’ordre des nécessités. A sa base on retrouve donc les besoins physiologiques -comme le fait de manger et boire- dont nous avons besoin pour vivre. Plus haut on arrive à ce qui caractérise une excellente qualité de vie. Ainsi vient juste après la survie alimentaire : l’Homme pensera à sa sécurité afin de ne pas/plus vivre dans un constant danger. Ensuite les relations humaines et ainsi de suite. En haut on y trouve l’accomplissement personnel. C’est le Graal de cette conception où l’on est à la fois assuré de notre sécurité, créateur de valeurs et membre actif et apprécié de notre société.


                  Le revenu de base c’est l’idée de donner à toute personne un revenu inconditionnel depuis le jour de sa naissance (/majorité) à celui de sa mort. Ce revenu est plus ou moins important selon les sensibilités. Selon moi il doit correspondre à la base 1 de Maslow (besoins physiologiques) + une partie de la base 2 (sécurité du corps, de l’emploi et de la santé), et j’expliquerai pourquoi très bientôt.


EDIT EPHEMERE : le temps des élections devient complexe… je préfère préciser deux choses.

  1. Tout d’abord il est impossible de financer un revenu universel haut (+ de 600€) EN GARDANT TOUTES les prestations sociales (RSA, allocations etc…). Je vous invite à voir pourquoi plus haut dans les vidéos sur le financement. Retenez simplement que nos prestations sociales représentent déjà 50% de notre PIB, ajoutez un revenu universel sans rien enlever et sans lisage de l’impôt serait du suicide.

  2. Ensuite il est très dangereux de penser à une taxe sur la robotisation car nous vivons dans un monde globalisé. Le travail étant déjà très cher en France (menant parfois des entreprises à la faillite face à la concurrence internationale), taxer un robot tuerais notre secteur de pointe qu’est la High Tech ! De plus, une mesure comme celle là est populiste car qu’est qu’un robot ? Votre smartphone possède une intelligence artificielle bien plus puissante que le robot d’assemblage d’usine. Est-ce qu’un sèche cheveux est un robot du coup ? Est-ce qu’une machine à café, pourtant plus « puissante » et utilisant les mêmes composants qu’un robot à tisser, est un robot ? Vous comprenez le principe. Le TGV remplaça de nombreux emplois de cheminots, possède des composants électroniques et des sécurités utilisant l’IA pour ne nécessiter qu’une personne à son fonctionnement : vous voulez vous occupez de faire la liste « robot / non-robot » de tous les objets du monde ?

  3. Un revenu universel doit être universel justement. Mettre des conditions à son obtention c’est donc annuler la suppression des effets de seuil, les économies administratives, l’aspect de cohésion solidaire et la possibilité d’une imposition simplifiée.


La mise en place d’un revenu universel

                        Économiquement on sait que c’est faisable en supprimant certaines allocations devenues inutiles et en lissant le niveau d’imposition afin de le rendre plus simple et stimuler le travail. Le modèle a déjà été mis en place à petite échelle (liste ici) et les résultats sont toujours concluants par rapport aux estimations. En fait on remarque que la très faible désincitation au travail n’en est pas vraiment une. Les tâches comme le travail domestique sont ainsi revalorisées et ainsi les 1% ou 2% de nouveaux inactifs sont en réalité souvent ceux dont la vie devenait ingérable, comme la mère célibataire devant élever trois enfants en bas âge.

Mon propos principal étant plus sur la société, je vous renvoie vers les meilleures vidéos pour plus d’informations économiques :

Si vous avez regardez ces vidéos, vous comprenez maintenant tout à la mise en place économique donc parlons un peu plus d’autres changements auxquels on pense moins 😉

Quelques avantages d’un revenu universel

                 Cette perte d’actif est ridicule par rapport aux gains estimés (et confirmés par les expériences) : les gens peuvent se concentrer exclusivement sur leurs projets, leurs études, leur épanouissement ou bien celui des autres. Par ailleurs il n’est plus nécessaire de passer plusieurs heures par semaine dans la paperasse car les systèmes d’imposition et de prestations sociales peuvent être simplifiés.  (le revenu universel)

  • Cette mère célibataire pourra donner une enfance idéale et stimulante à ses enfants. Ils auront ainsi plus de chances d’apporter leur valeur à la société par la suite. De devenir des adultes stables et épanouis.

Remarque : on règle aussi un autre problème majeur dans notre époque. De nombreuses femmes (et quelques hommes, mais plus rare) ont arrêté de travailler plusieurs années en étant mariées afin de s’occuper des enfants. Pour beaucoup vient se poser le problème de la retraite une fois qu’ils doivent reprendre le travail après leur divorce. Les années au foyer sont comptabilisées comme des années d’inactivité et ils ne touchent donc pas une pleine retraite.

  • L’entrepreneur pourra se lancer sans crainte. Alors qu’actuellement beaucoup attendent de toucher un chômage pour se lancer (ou abandonne l’idée). Le « risque » est bien moindre avec un revenu universel et ils peuvent s’accorder le temps nécessaire au développement de leur projet.

 

  • L’orphelin partira dans la vie avec un capital non nul. Il peut ainsi commencer sa vie avec des chances plus justes, ce qui lui donnera des moyens d’aller plus loin.

 

  • L’étudiant pourra se concentrer pleinement sur sa formation. Alors qu’actuellement il ne peut pas -si ses parents ne l’aident pas – vivre les expériences de vie bénéfiques à sa formation.
 Page revenu universel - Picsou - Confession d'un enfant d'Y - Génération Y

Puisque l’argent ne fait pas le bonheur je veux bien votre part

« Martinez, tu es meilleur moustachu qu’économiste »

               J’entends partout -en France et ailleurs- qu’il faut « relocaliser ». Et en tant qu’humain possédant un cœur (si si, je vous promets) je ne peux pas être insensible à la souffrance d’un père de famille perdant son emploi à l’usine. Pourtant je peux vous le dire : relocaliser est inutile !

Un nouveau modèle qui répond à un nouveau monde 

                      Pensez à l’échelle de 30 ans. Les robots auront remplacé de plus en plus le travail manuel et la personne non qualifiée sera vraiment inutile (car plus chère et moins efficace). Actuellement les pays en développement comme l’Inde ou le Bangladesh héritent de ces tâches. Avec le temps leur niveau de vie augmentera et l’éducation se propagera. Ainsi -comme tous les pays ayant fini leur transition économique- ils se tourneront vers une économie de services, nécessitant donc une population spécialisée. Actuellement quand ça arrive on se tourne vers un autre pays e le problème se répète. Mais qu’arrivera t-il quand il n’y aura plus de « pays ateliers » ? Accepte t-on de constamment exploiter et donc d’avoir un intérêt à ne pas voir un développement économique trop important ?

Le vrai futur se trouve donc dans le savoir-critique ! Chacun possédera – par une formation continue tout au long de sa vie- un savoir qu’il sera libre de « transférer ». Au lieu de regarder le passé ne serait-il pas mieux de se tourner vers l’avenir en faisant ce qu’il faut pour en être ? Tenter de sauver une usine en injectant des millions, c’est écoper le Titanic avec une petite culière en or : c’est beau, mais inutile. Le prix qu’investit l’Etat pour sauver 500 emplois est bien supérieur à celui qu’il faudrait pour donner une formation intéressante + un chômage décent durant cette période à ces mêmes employés.

Page revenu universel - Ecoper le titanic avec une cuillère en or - Génération Y - Confession d'un enfant d'Y

Allez jack, on ne se décourage pas et on écope !

La destruction créatrice ne sera plus un ennemi (vive UBER)

                       Dans ce monde on pourra accepter pleinement le principe de destruction créatrice. Notre monde globalisé et innovant où tout change de plus en plus vite ne peut plus accepter les freins qui lui sont mis actuellement. La perte d’emploi n’aura plus la même importance avec le revenu universel car elle ne sera plus synonyme de misère. On se débarrassera enfin de de cette barrière nous ayant tant posé problème (Uber vs Taxi, AirBNB vs Hotels etc…). L’intérêt non négligeable c’est que la fin de la dépendance marche dans les deux sens. Si les chauffeurs Uber n’avait pas besoin de travailler pour survivre, ils aurait arrêté de travailler quand le gain leur aurait semblé trop et Uber aurait donc diminué ses marges (le fameux équilibre néo-classique).

On remet par la même occasion la formation au cœur de notre société, en la revalorisant. Si ton métier disparaît c’est « pour une raison » pourrait-on dire cyniquement. C’est en réalité parfois faux, comme dans le cas des métiers d’artisanats que l’on se doit de protéger pour la culture. Mais dans l’idée il est nécessaire de comprendre qu’une entreprise comme Uber ou AirBNB n’aurait jamais décollé si le système était efficient de base ! Il n’y a pas de marché là où il n’y a pas de demande.

Certains -comme Idriss Aberkane- voit même en ce concept la reprise d’une indépendance par le peuple. Je vous invite à aller lire son avis plus complet dans son interview (le revenu universel)

Petit aparté sur le rêve d’une éducation

                   Comment voulez-vous respecter autant un professeur qu’un médecin quand on connaît les spécimens que nous avons tous probablement subits à l’école ? Un médecin n’a pas ce problème : certes il est bien mieux payé mais il a mérité sa place lors d’une grosse sélection, et peut la perdre s’il est mauvais. On ne confie pas notre santé physique à n’importe qui ? Alors pourquoi confier la santé mentale de nos enfants au premier venu ?

Encore une fois la demi-mesure est un problème. Soit on « revalorise » vraiment, soit on ne fait rien. Une vraie revalorisation serait une formation comprenant un part importante d’initiation à la psychologie infantile et aux mécanismes de l’apprentissage.  Des cours de communication de la connaissance sembleraient appropriés aussi. Ajoutez à cela une formation continue aux nouveautés du milieu (comme les médecins). L’arrêt de cette sécurité de l’emploi à outrance et bien entendu une revalorisation importante des salaires pour rendre le tout cohérent.

On réglera beaucoup de problèmes, dont la fuite vers le privée ou interattraction pour une profession fondamentale à toute nation. Je pense qu’il est évident pour tout le monde qu’une nation éduquée créer bien plus de valeurs ? Il est ainsi même possible d’avoir l’équilibre budgétaire en jouant sur le gain obtenu.

Avec un revenu universel

                        On peut faire avancer le débat sur le statut des professeurs (/ fonctionnaires) ! La sécurité de l’emploi n’est plus réellement nécessaire. Par ailleurs on permet à des talentueux de l’éducation de se former et de tenter leur chance. On rend attirante la possibilité d’une carrière dans l’enseignement aux motivés méritants.

Comment faire de tous les citoyens des créateurs de valeur ?

                       On remarque que les inégalités de réussite augmentent. C’est en réalité assez normal car dans un monde ou la formation de l’esprit coûte cher : école, voyages, livres ou encore création d’une première entreprise. Les enfants de personnes aisées ont le luxe de pouvoir penser exclusivement à l’épanouissement intellectuel. Ils sont par ailleurs moins sujets aux croyances limitantes car ils ont toujours vu que « c’était possible ».

Remarque sur la formation de l’esprit par les voyages. Et si on offrait un pass interail à tous les jeunes fêtant leurs 18 bougies ? 

Page Revenu universel - Comment gagner au loto - fin de mois - confession d'un enfant d'Y - génération Y

Moi en fin de mois

Avec un revenu universel

                En mettant en place un revenu universel on permet à toutes les personnes de se concentrer sur leur formation. Sur la valeur ajoutée qu’ils veulent apporter au monde. Imaginez les progrès faisables si 5% de la population faisant de la recherche scientifique ou y contribuaient ? Imaginez que 500 000 personnes (« seulement », dans un sens) décident de se pencher sur la maladie d’Alzheimer à plein temps ? Sur le VIH ? Imaginez que 40% de la population décide de concrétiser son projet en créant une start up ? Imaginez que 10% d’une nation travaille sur des perspectives environnementales (énergie solaire, transport propre etc…) ?

Maintenant mettez de côté tous les échecs, il reste toujours des milliers de projets, d’innovations, capables de révolutionner le monde ! On applique la même pensée qu’avec un investissement par une Venture Capital. Peut-être que les 1000 entreprises dans lesquelles j’investis vont majoritairement se casser la gueule. Pourtant il suffirait d’un seul Facebook ou BlaBlaCar pour rentabiliser ! Sachant qu’en plus on peut estimer que sur un millier au minimum quelques centaines se débrouilleront bien : c’est très souhaitable qu’ils se lancent !

« On va créer des assistés, des bons à rien… »

                      Une remarque qu’on entend –de moins en moins souvent– en tant que défenseur du revenu universel, c’est l’assistanat. Je me devais donc d’évoquer les deux raisons pour lesquels cet argument ne tient pas dans les faits.

Actuellement on fait de la demi-mesure :

                      L’assistanat existe en France, mais il est bien plus faible que certains partis populistes le disent. Pourtant si ce problème existe c’est à cause de la demi-mesure qui rend le système imparfait. Un RSA par exemple c’est environ 530€ et pour les plus de 25 ans uniquement. Cela veut dire que vous n’allez pas aider suffisamment ces personnes pour qu’un certain confort leur permet d’aller plus loin. En cela on ne fait que partiellement remplir la pyramide de Maslow.

Si vous décidez de faire remonter à la surface l’Homme qui se noie à chaque fois que celui-ci commence à couler au lieu de le remonter à bord du bateau, vous le faite survivre mais il n’est pas dans une situation lui permettant de réfléchir à plus loin que sa survie présente.

Page revenu universel - Louis de funes se noie - Confession d'un enfant Y - Génération Y

J’ai reçu un prix Photoshop pour celui ci 

L’Homme cherche à s’intégrer à la société :

                      Quiconque s’intéressant à la psychologie sait que c’est la société actuelle qui créer les asociaux. La misanthropie est une névrose commune parmi d’autres. Par exemple, cela peut être dû à un sentiment d’incapacité d’intégration professionnelle qui fait baisser les bras.

Le travail est un facteur d’intégration dans la sociétéIl est un facteur d’accomplissement car l’épanouissement intellectuel ou professionnel est valorisant. S’autant que notre travail sera bien plus agréable : on le choisira et le fruit de celui-ci -notre salaire – sera exclusivement réservé à l’amélioration de notre condition de vie (et non à l’obligation pour notre survie). (le revenu universel)

On peut encore rêver !

                           Comme nous l’avons vu, nos pays sont face à un problème majeur. Il y a un tournant dans l’économie du monde et nous devons nous assurer de le prendre.

Le revenu universel serait un moyen très prometteur pour cela. Il est économiquement faisable, bénéfique à tous et les retombés économiques et sociales, sont incroyables ! Il pourrait être la pièce manquante d’un système capitaliste actuellement bancal. Nous pourrions reconnaître ainsi la nécessité d’un capital tout en ayant conscience collective des enjeux sociaux majeurs. Ce revenu universel devra pourtant être appliqué dans le cadre d’une globalité car il doit s’accompagner d’un travail de transition. En effet on peut débloquer l’éducation pour former la jeunesse aux nouveaux principes de marché de l’emploi.


Merci de votre lecture ! 

Etienne Ldva


 Réseaux sociaux de CEY, pour ne manquer aucun article : Facebook Instagram Twitter.