post

                       Il y a quelques jours je discutais avec un ami sur une terrasse parisienne. Mon café me brûlait les lèvres et l’addition me brûlait autre chose. Nous discutions des médias, pullulant en cette période. Mais je ne suis pas à la plume aujourd’hui pour vous parler des médias en eux-mêmes, mais plutôt de la manière dont nous les consommons. Il y a encore un peu plus d’un an je passais plus d’une heure par jour à croiser les journaux, blogs et JT afin de tenter de tout comprendre. Aujourd’hui je passe environ 5 à 10 minutes par jour, d’où le titre de ce billet : j’ai enterré les médias. Examinons de plus près les enjeux actuels, et surtout tachons de nous en protéger !

Remarque : lorsque je parle d’une référence dans mes articles le lien est souvent sourcé : j’invite les curieux à s’y intéresser. J’essaie toujours que chacun puisse avoir -selon sa motivation- différentes profondeurs de lecture.

Billet Médias - Entrerrement des médias - Cerceuil - Confession d'un enfant d'Y - Génération Y

Si seulement ça pouvait être Fox News dedans…

Internet a ses raisons que la raison ne connaît pas

                        En réalité je n’ai donc pas enterré l’information, mais je me suis adapté à son changement de manière à ne pas en essuyer les travers. L’exemple des algorithmes sociaux créant des bulles d’informations est probant. A cause de la volonté d’un site comme Facebook de vous montrez ce que vous pourriez aimer (l’EdgeRank), des gens se retrouvent à ne voir que ce qui va dans leur sens. Sachant que de base l’Homme apprécie entendre ce qui va dans son sens, ces bulles sont d’autant plus dévastatrices pour l’objectivité et la réflexion. Comment réfléchir si l’on ne voit qu’une partie infime de l’information réelle ? La génération Y et la génération Z vont devoir s’intéresser à ce problème si elles veulent pouvoir continuer à penser par elles-mêmes. Pour information, ce biais s’appelle le biais de confirmation.

Et c’est maintenant que je deviens politiquement incorrect (selon les censeurs autoproclamés d’internet uniquement bien sûr) : les bénéficiaires sont les mouvements communautaires et sectaires. Que ce soit le parti politique populiste faisant des vidéos YouTube pour un public de « non-initiés » (cf l’article sur le populisme et l’exemple qui suit) ou encore le militant -d’un côté comme de l’autre- du conflit israelo-palestinien. On peut aussi citer les groupuscules d’extrême droite proliférant par internet, les sectes ou bien le mouvement salafiste. Bien sûr les conséquences sont différentes entre l’endoctrinement d’un jeune pour le Djihad et la manipulation d’avis politiques ou géopolitiques, mais le procédé est le même et il est probablement la menace la plus importante contre la démocratie et la paix !

Remarque : le « président » Roberto Duterte aux Philippines utilise par exemple des « trolleurs » officiels. Payé jusqu’à 2000$/mois leur but est de diffuser largement la propagande sur internet (cf lien ici).

Élémentaire mon cher Watson

Arrêtons le gavages – médias

                        Gardez cela pour vous mais dans un monde de surconsommation : on surconsomme ! Mais la différence et que l’on ne surconsomme pas uniquement du sel d’aluminium cancérigène ou de l’huile de palme saturée en acide gras (« Greenpeace sort de ce corps »). On surconsomme aussi de l’information. Et là on pourrait se dire « c’est génial que quelqu’un s’informe, ça change des bacheliers 2016 dont certains ne sont pas capables de situer Manhattan« . Alors oui, je préfère à titre personnel voir une personne qui surconsomme les médias plutôt qu’un futur branleur qui ne comprend pas que son inactivité cérébrale est la cause de son incompréhension complète des réalités –je vous laisse digérer la phrase quelques secondes- et qui ira donc protester contre ces « enculés de patrons », contre « ses voleurs d’immigrés » ou trouvera sympathique l’idée d’appliquer à la lettre des écrits d’un autre temps.

 Billet RSE - Citation Saint Exupéry - La perfection est atteinte non pas lorsqu'il n'y a plus rien - Confession d'un enfant d'Y - Génération Y

C’est si beau, on dirait du zaz

Sachons « nous satisfaire du nécessaire » – médias

                 Pourtant, si les médias sont bénéfiques, ils sont encombrants. Trop d’informations c’est prendre le risque de saturer son crâne de futilités. C’est donc perdre du temps et de l’espace de cerveau disponible comme l’appelait Patrick le Lay (ex-PDG de TF1). Le fait de comprendre les tenants et aboutissants du BREXIT, du débat sur le gaz de schiste ou encore connaître ce qui ressort de la dernière réunion du G20 me paraît important pour être un citoyen réfléchi et responsable. Maintenant je ne suis pas sûr que que la vie sexuelle d’un ministre ou les problèmes de la nouvelle maison de campagne d’un chanteur soit une information pertinente. Quels sont réellement -de tous les médias que vous avez vu/lu aujourd’hui- ceux qui vous ont été ou seront utiles ?

De nouveau enjeux 

                Je parle -dans mes explications de ce qu’est la génération Y et la génération Z- de ce nouvel enjeu d’information à outrance. La jeunesse a maintenant accès à tellement de médias (plus ou moins sérieux) qu’elle devra savoir y apprendre à faire le tri. Son esprit critique devra être d’autant plus acéré ! C’est d’ailleurs la problématique que la chaîne Hygiène Mentale tente de résoudre. Nous devons penser sérieusement à mettre l’apprentissage de l’esprit critique aux programmes scolaires. Du moins si nous ne voulons pas perdre les moins armés dans les manipulations de vidéastes et journalistes peu scrupuleux !

Il faut donc trier les informations des médias

                   Face à ce surplus d’informations il faut donc faire le tri. Après un certain nombre d’années à tenter de résoudre ce problème voici mes « Do » et mes « Don’t ».

Don’t :

Regarder les médias « en continu ». Devoir « remplir » à tout prix le temps d’antenne c’est l’assurance de la médiocrité.

Regarder un JT. Autant sur l’objectivité que sur le besoin d’audience, on se retrouve souvent avec du sensationnalisme et/ou de l’inutile.

Parcourir internet au fil des clicks. Pour les raisons expliquées dans cette vidéo géniale de Hygiène Mentale.

Do :

Utiliser un gestionnaire de flux RSS. Feedly par exemple, afin de sélectionner quelques sites de confiance. Ensuite de temps à autre parcourir les grands titres et cliquer sur les quelques articles que vous pensez réellement pertinents.

La newsletter Brief.meC’est une découverte salvatrice pour moi dont je salue et applaudis la qualité ! Recevez chaque jour dans votre boîte mail un résumé clair, concis et relativement objectif de l’actualité.

Remettez en cause ce que vous lisez ou voyez passer ! Ce n’est pas parce que un ami a partagé ça sur Facebook que c’est vrai. Ce n’est pas parce que l’information vient d’un site semblant sérieux que c’est le cas. Petite astuce : quand un site se dit de « réinformation » ou qu’il est officiellement orienté, c’est que son business model repose sur le nombre de clicks et non sur la véracité. Fuyez !

Apprendre la lecture rapideNe prenez pas le temps de tout lire, sachez faire un balayage du journal pour aller chercher au plus rapidement l’information. Vous trouverez différents articles et livres pour apprendre cela. J’ai personnellement utilisé 10 Days to Faster Reading (université de Princeton).

Hacker l’algorithme Facebook / Youtube qui pourrissent vos informationsLe but pour une société et de vous faire augmenter encore et toujours votre engagement, et pour cela il existe des algorithmes qui décident – en fonction de votre « comportement » online – ce qu’il vous montrera ou pas. C’est un réel problème car c’est un moyen de vous retrancher toujours plus dans vos convictions. En voyant de moins en moins les avis différents on perd ceux qui font réellement évoluer une réflexion. Connaissez cette algorithme, car il faut connaître ses ennemis !

.


Remarque : étant auteur de blogs, je connais pas trop mal le système de financement webmarketing. N’hésitez pas à me demander un article sur le sujet pour mieux comprendre pourquoi tel site utilise ce type de titre, comment analyser l’écriture du contenu ou encore comment se protéger d’une bonne partie des sites frauduleux. Le peu d’informations du grand public sur ces procédés est un problème au cœur de notre société. Si un article peut aider ne serait-ce qu’un ou deux personnes ça me suffirait déjà.


Merci de m’avoir accordé de l’espace de cerveau disponible

Etienne,

Réseaux sociaux de CEY, pour ne manquer aucun article : Facebook Instagram Twitter.

 

Comments (2)

  1. Pingback: Nouvel article sur Confession d'un enfant d'Y : culte de la désinformation ! - Penseur d'Elite

  2. Pingback: Santé 2.0 : comment va évoluer notre rapport à la médecine ?

Leave a comment